La carte de randonnée

La carte de randonnée au 1/25.000 est indispensable, même si on utilise un GPS.

Ce qu’il faut savoir :

1 cm sur la carte représente une distance de 250 mètres. Soit 4cm = 1 km.

La carte donne une image fidèle du terrain (grottes, reliefs, cours d’eau, sentiers, etc…).

Il est indispensable d’avoir une bonne connaissance des codes permettant de figurer les reliefs sur un espace plat.

Les courbes de niveaux :

Sur les cartes au 1/25.000, la différence d’altitude entre deux courbes est généralement de 10 mètres. Pour les régions de plaine, elle est de 5 mètres. Toutes les 5 courbes, elle est en gras pour faciliter la lecture. C’est une courbe maîtresse dont la cote d’altitude est mentionnée en chiffre. La lecture de l’altitude se fait vers le sommet de la pente.

La carte indique également l’altitude de nombreux points sur la carte. Ces points cotés représentent souvent des lieux précis (sommets, ruines, bâtis, confluence de ruisseaux). Ces mentions sont en chiffres noirs et à l’horizontale.

Les couleurs et légendes :

Le bleu représente tout ce qui a un rapport avec l’eau (les cours d’eau, les lacs, la mer, les étangs, les canaux, les marais, les zones humides, etc…). Les noms des hydrographies sont imprimés en bleu.

Le vert correspond à la végétation. Les différents graphiques représentent la nature de la couverture végétale. Les zones cultivées restent en blanc.

L’orange est la couleur utilisée pour représenter le relief à travers les courbes de niveaux. Les falaises sont dessinées en noir.

Le noir est utilisé pour les indications en chiffres et en lettres.

Le jaune indique les routes non classées.

Le rouge indique les routes principales et secondaires.

Etudier un itinéraire sur une carte :

La lecture de la carte permet de déterminer :

  • La distance : elle ce calcule au moyen d’une règle graduée, d’un fil de laine, d’une bande de papier ou à l’aide d’un curvimètre. Pour un tracé particulièrement sinueux, il faudra augmenter un peu la distance. A noter que sur un terrain montagneux les distances réelles sont supérieures à celle calculées à plat sur la carte.
  • Le dénivelé : il se calcule par différence entre le point le plus bas et le point le plus haut. En cas d’ itinéraire comprenant plusieurs montées, il conviendra de faire le calcul pour chaque montée puis de les additionner pour obtenir le dénivelé cumulé.
  • La durée : Le calcul de la durée varie selon la distance, le dénivelé et le rythme de marche. On peut estimer, pour un randonneur, une moyenne de 3 à 4 km/h, 300 à 350 m/h de montée et 400 à 450 m/h de descente. Les difficultés sur le parcours (passages délicats, obstacles) peuvent rallonger la durée de marche.